IPSL


ÊTES-VOUS SÉDENTAIRE ?

Le 10-09-2018

Question difficile – et dérangeante – pour beaucoup d’entre nous !

Est-ce que le peu de marche que nous faisons, les escaliers que nous montons (ou pas), les 30 minutes (parfois un peu plus) de gymnastique que nous faisons par semaine… nous permettent d’échapper à la catégorie des « sédentaires » ?
Car nous savons aujourd’hui que la sédentarité est un accélérateur réel et reconnu du processus du vieillissement qui nous mène aux maladies non transmissibles. La sédentarité est un facteur de risque majeur pour les maladies cardio-vasculaires, les maladies neuro-dégénératives et elle a également des conséquences néfastes sur notre bien-être.

Or le journal médical The Lancet, vient de publier ce mois-ci une étude portant sur le degré d’activité physique de près de 2 millions de personnes dans le monde. Cette étude reprend les données de 358 enquêtes de population dans 168 pays afin d’estimer le degré d’activité – ou d’inactivité – physique (domicile, loisirs, déplacements…). Le seuil de sédentarité était pour cette enquête fixé à 150 minutes d’activité physique modérée ou 75 minutes d’activité physique intense ou une combinaison des deux. Ce qui en soi est un seuil bas.

En 2016, le pourcentage de personnes sédentaires était plus de deux fois plus élevé dans les pays à revenu élevé (36,8%) que dans les pays à revenu faible (16,2%). Cette sédentarité a augmenté dans les pays riches : elle est passée de 31 % en 2001 à 36,8 % actuellement, et cela malgré les efforts déployés par les pouvoirs publics de nos pays pour nous inciter à toujours plus d’activité(s) physique(s)...

Il est donc nécessaire que les individus eux-mêmes prennent en main leur santé (Capital santé) et ne comptent pas éternellement sur les actions incitatives des pouvoirs publics. Cette prise en main individuelle passe par une prise de conscience de votre propre part de responsabilité et par une réorientation de vos priorités personnelles.

Elle suppose une évaluation scientifique de votre composition corporelle qui seule permettra de savoir si votre activité physique actuelle est suffisante en termes de santé personnelle et vous communiquera ainsi les bonnes motivations et la détermination utiles pour continuer. Cette mesure permet en effet d’évaluer au gramme près votre masse musculaire et de déterminer si, oui ou non, votre capital musculaire est suffisant. Si celui-ci est insuffisant, alors, que cela vous fasse plaisir ou non, vous devez savoir que vous ne faites pas assez d’activité physique, que ce soit en temps consacré et/ou en type d’exercice.

Vous ne voulez pas appartenir à la catégorie des « sédentaires » ? Alors, quitte à faire de l’exercice, autant en faire bien afin que cela vous soit profitable et que vous entreteniez – ou augmentiez – votre Capital Santé.
Sortez de l’ère de l’à-peu-près, de l’ère du dilettantisme ! Apprenez à gérer votre Capital santé !

Auteur : Dr Christophe de JAEGER
Dernière révision : 10/09/2018
Référence : Regina Guthold et al., « Worldwide trends in insufficient physical activity from 2001 to 2016: a pooled analysis of 358 population-based surveys with 1.9 million participants »
The Lancet Global Health, sept 2018.