IPSL

STRESS ET SANTÉ

TRAVAILLEZ-VOUS INTENSÉMENT POUR TOMBER MALADE PLUS VITE ?...

Certains voudraient vous faire croire que le stress est bon. Chassons immédiatement cette idée reçue à la vie particulièrement dure. Il n’y a pas de « bon stress ».

Le stress est une réaction physiologique de combat, pour sauvegarder sa vie face à une agression. Le stress va donc mobiliser toutes les ressources de votre organisme et va contriber à le fragiliser. Et ceci d’autant plus s’il dure dans le temps et devient chronique.

La motivation, la stimulation, l’émulation… sont au contraire des processus dynamiques qui accompagnent la volonté de réussir. Ce ne sont pas des formes de stress ou de « bons stress ». Le « bon stress » n’existe pas. Le stress est toujours négatif, par nature.

Physiologiquement, ce sont des réactions tout à fait différentes. La première malmène votre organisme, vous abîme et vous entraîne vers la maladie. La seconde vous conduit au succès, au plaisir et à la santé.

Or, il existe dans le milieu du travail un paradoxe majeur auquel j’aimerais que vous réfléchissiez :

En tant que professionnel averti et investi dans votre travail, vous consacrez une partie très importante de votre vie à votre entreprise. Les conséquences physiologiques de cet engagement de chaque instant génèrent du stress. Et cela même si certains, naïvement sans doute, affirment le contraire.

Ce stress peut prendre une multitude d’expressions cliniques en fonction de votre personnalité, de votre environnement et de votre mode de vie. Certains disent ne ressentir aucun stress. Ils se disent « non stressé », alors que leur organisme vit tout à fait autre chose et souffre silencieusement. Cette souffrance silencieuse va progressivement l’amener à dysfonctionner. D’autres en revanche décrivent un stress majeur, aux multiples expressions, mais parfois sans conséquences sur leur organisme.

Ce stress et d’autant plus s’il devient chronique vous conduit aux maladies cardio-vasculaires, métaboliques comme par exemple le diabète, aux maladies inflammatoires (cancers) ou encore aux maladies neuro-dégénératives…
Donc, si l’on résume, vous allez travailler intensément, pour insidieusement tomber malade à terme. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Y avez-vous seulement songé ?
La plupart du temps : non !
Tant que vous n’êtes pas malade, vous pensez être en bonne santé... Quelle erreur, surtout après 45 ans et à fortiori, après 50 ans !

Y a-t-il des solutions ?
La première chose à faire est de déterminer la nature de votre réaction personnelle à votre environnement. Les questionnaires, les entretiens ne peuvent pas cerner objectivement votre réalité physiologique. Il faut passer des tests simples de physiologie : un recueil d’urine, une mesure de votre statut adrénergique permettent de vous situer sur l’échelle du stress et de mettre en place une prise en charge efficace et surtout contrôlable selon les principes élémentaires de la science.

Travailler, c’est très bien.
Sauvegarder votre santé, c’est encore mieux (et pas du tout contradictoire).
Mettez votre santé au premier plan, pour travailler mieux et plus longtemps.

Docteur Christophe de JAEGER
Version du 23 mars 2019.

Pour en savoir plus :
Bien vieillir sans médicaments

Commander

 

Facebook   Youtube   Linkedin